Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

220px-Pericles_Pio-Clementino_Inv269.jpg

       « Notre Constitution donne l’exemple à suivre. L’Etat chez nous, est administré dans l’intérêt du plus grand nombre, et non d’une minorité. De ce fait, notre régime a pris le nom de Démocratie. Pour les affaires privées, l’égalité est assurée à tous par les lois, surtout celles qui assurent la défense des faibles et attirent sur ceux qui les violent un mépris universel. Pour les affaires publiques, nul n’est gêné par sa pauvreté ou l’obscurité de sa condition, s’il est capable de rendre service à la cité…Nous savons concilier le goût des études avec l’énergie et le goût du beau avec la simplicité…Même si toutes les choses sont vouées  au déclin, puissiez-vous dire de nous, siècles futurs, que nous avons construit la cité la plus célèbre et la plus heureuse. »Périclès.  

 DSC03388[1]En enquêtant sur le personnage cité et pas la première fois, par ce candidat à la présidentielle sénégalaise de 2012, j’ai trouvé dans http://www.linternaute.com/: « Malgré ses propensions démocratiques, il s'impose catégoriquement dans le gouvernement de la cité, élimine les oppositions et mène une politique impérialiste… » Qu’est-ce que cela signifie ? Cela signifie que Périclès est peut-être lui aussi un démagogue, celui dirige le peuple ou qui cherche à attirer le peuple vers lui en vue de réaliser un fin très souvent personnelle qu’il incapable d’être réalisé par ses seules force, en leur narrant leur propre espoirs et rêves mais aussi leur désespoir, comme s’il était lui-même l’architecte ou un des architectes invisibles qui planifièrent cyniquement leur condition d’existence indésirable, tout en apparaissant comme l’unique sauveur. 100_8807.JPG

La nécessité de recourir à la force ne prouve pas seulement que Périclès ne soit pas un démocrate. Ce recours à la force et à la violence signifie aussi que Périclès s’est trompé sur les paramètres universels qui fondent la démocratie véritable et le bonheur véritable avec tout ce que ce concept contient.

 

 

 

Pour nous autres architectes du bien,  « Tout prince encore non rassasié est un usurpateur ».C’est pourquoi notre premier exercice moral et politique est d’apprendre à être rassasié.

100 8813

Dans la conception sérère du pouvoir politique, ce n’est pas l’homme qui court derrière le pouvoir, mais ce sont les diverses forces du pouvoir qui pourchassent le siège du pouvoir légitime. Il s’agit toujours dans la poursuite de ce siège du pouvoir de neutraliser l’âme la plus proche du bien ou l’âme la plus proche du mal.

 

 Pour nous autres, le mot « démocratie s’évanouit ou meurt quand dans son espace, il entre en contact avec les couples de mots « faibles » contre « forts », « pauvres »contre riches, « condition obscure » contre condition transparente, « capable de rendre service à la cité » et inapte au service  citoyen ou national ou républicain. Autrement dit, là où vivent des humains faibles et des humains forts, la démocratie ne peut exister ni dans l’esprit ni comme un fait de l’histoire. Elle ne peut-être qu’une 100_8818.JPGillusion vendue au peuple constitué d’atome pleine de charge d’espoirs divers qui justifient toutes leurs agitations.

 

 

 

 

 

 

 

La démocratie prend place dans les réalités politiques de l’esprit, lorsque l’homme accède à la pleine conscience et à la pleine vérité de soi dans le monde, et à la pleine conscience de l’existence et des droits d’autrui dans ce même monde,  et pour cela, il faut nécessairement avoir une certaine lumière sur la condition humaine en général et de sa condition particulière dans ce général.

 

 

L’esprit de la démocratie et le désir de vivre dans la démocratie prend naissance en l’homme lorsque dans sa solitude, il prend conscience de sa capacité à faire le mal et de sa capacité à œuvrer pour le bien, mais aussi de sa vulnérabilité.

C’est le moment où il faut choisir sans délai pour ne pas mourir comme un soldat déserteur. Définitivement ou provisoirement. Parce que partout, vivre pour l’homme, c’est apporter sa contribution solidaire à la construction du bien ou du mal, étant entendu qu’on ne peut pas servir deux dieux qui se font la guerre en même temps et sous la même uniforme.

Avant ce moment, l’homme ne peut ni se respecter dans ses propos ni dans ses actions et conséquemment ne peut respecter autrui et ne peut respecter le cadre dans lequel se déploie cette vie. C’est pourquoi aussi les enfants sont partout les meilleurs hommes politiques du monde. Ce sont eux qui sont capables d’atteindre encore cette conscience pure de la vie en général et plus aptes à la sacraliser. Ce n’est pas par manque de moyens ou d’intelligence que le taux de crime est plus bas chez les enfants que chez les adultes corrompus et habités de tous les vices. C’est pourquoi la naissance de l’esprit de la démocratie est inséparable de la naissance d’une autre conception de la vie humaine et d’une autre conception du monde fondée non pas sur la vanité subjective mais sur la vanité du genre humain et sur sa compétence à proposer diverses solutions pour un même problème. La caractéristique la plus répandue dans les sociétés modernes, c’est que partout, ce sont des adultes corrompus jusqu’à la moelle des os qui s’évertuent malgré tout à indiquer la vérité à suivre à des enfants indignés qui entendent encore la vraie vérité : celle de l’amour de soi aussi de l’amour d’autrui, celle du travail de tous et du partage solidaire et équitable des fruits du travail de tous. Mille travailleurs suent du matin au coucher du soir et tard dans la nuit comme des rats, une seule personne ne vient tout engloutir dans son ventre pour elle seule ou pour la sécurité de la progéniture et pour revenir cyniquement faire manger du volé à des âmes qui s’étaient pourtant jurées de ne jamais s’alourdir de ce qui n’est pas légitimement acquis. On a fait aujourd’hui la démocratie une compétition financière, une compétition de forces militaires, une compétition médiatique, une compétition d’intentions et de certificats de déclarations de délivrance. Dans tous les cas de longévité, oui, tout pouvoir prend son « déclin », y compris celui de Dieu puisqu’il n’a plus le monopole de la mort et de la vérité.

Les architectes du bien sont en train de lutter dans toutes les eaux des fleuves du monde. Le jour où ils mettront leurs pieds sur les terres du monde, notamment au Sénégal, le visage du monde va véritablement et profondément changer et conséquemment certains visages de l’homme ne seront qu’un horrible souvenir. Avec les architectes du bien, il n’ ya aucun doute, il n’y aura plus de petits et de grands dans la cité, bien sûrs, il y aura des docteurs et des certifié mais la possibilité de devenir docteur sera donné à tous, mais à ceux qui semble être exclus de cette vocation par nature car le droit à l’éducation et à la formation ne sera plus un droit qui se vend comme toute chose de marché et la passion pour les études et pour le succès seront parmi les plus hautes passions de la Cité . Il n’y a pas de doute à leur sujet : « ils furent tous des femmes et des hommes de bien qui apprirent à se rassasier ».Ils sont maintenant sur le chemin du retour.

  100_8845.JPG

Tag(s) : #De la société et de l'homme au Sénégal dans l'histoire

Partager cet article

Repost 0