Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 100_1500.JPG

                            INTRODUCTION         

Dans treize jours exactement, au treizième en partant d’aujourd’hui dimanche, Thiakhane Fakher se présentera devant le Procureur de la république, à Guirore,la capitale de Pagaal. Guejopaal n’est jamais sur place. Il voyage beaucoup et il ne revient jamais bredouille sur les terres de Yokaam.Il ne fait pas partie de ces pères de famille ou de ces mères de familles qui parcourent le monde et qui reviennent vers leurs foyer avec toutes sortes de biens à manger, à sucer, à boire ou à manipuler qui pourraient faire la joie de leurs enfants ou des hommes d'un autres âge qui attendent toujours leur retour.Ses mains sont très souvent vides ou très maigres et légers au retour de ses voyages que certains de son entourage considèrent comme une errance due à un vice très avancé et difficile à vaincre, mais il revient toujours avec des nouvelles du pays ou du monde. Très tôt,sans rompre totalement avec sa famille naturelle et les autres foyers et citoyens à Yokaam,il s'est isolé et a élit domicile sous un gigantesque baobab avec une grande cave du côté des cimetières au milieu de la cité. C'est dans le ventre de cette cave qu'il dit entendre les voix et voir les faits qui l’appellent et qui orientent son mouvement dans le monde. Certains le prennent au sérieux et d'autres estime qu'il n'est d'aucune importance ni pour la famille,ni pour la cité, ni pour les hommes. Quelques adultes l'écoutent et lui parlent,mais surtout dans la jeunesse que se trouve ceux qui ont le courage de supposer qu'il est possible que la vérité soit avec lui et le mensoge ailleurs. C’est lui qui, un soir, de retour de Guirore, avait amené la nouvelle. Tout le monde savait à Yokaam, l’une des plus anciennes provinces de Pagaal, que partout dans le pays, surtout à Guirore , à quatre cent kilomètres de Yokaam, que durant l’absence de Guejopaal, des manifestations, des émeutes d’une rare violence et d’une rare étendue avaient secoué et fait vaciller tout ce tout qui jusqu'à ce vendredi, paraissait imperturbable dans la nature et surtout parmi les hommes. Mais à Yokaam, on n’avait pas encore entendu que lors des manifestations qui partirent du jeudi et s'étendirent jusqu'au  samedi 27 juin 2011, à Guirore, un homme dont le corps était sous des habits en flammes et répondant au nom de Thiakhane Fakher selon un témoin appelé Wéthiar sur les lieux , sortit en courant, d’une mystérieuse résidence en flammes qui était côte à côte avec la grande mosquée de la Transparence à Wakhaldiam, un des plus pauvres quartiers de la banlieue de Guirore. Il était brûlé au troisième degré mais l’immense monde des témoins oculaires sur les lieux, y compris les policiers ouverts ou couverts, toujours dans ce genre d’évènements et de foule, avait entendu un coup de fusil qui vint des hauteurs de la résidence en flammes et sans secours, avant de voir une balle l'atteindre puis le traverser son corps par le dos, du côté du flanc gauche, avant qu'il ne termina sa course à quelques pas seulement de la grande voiture noire et sans vitre de la police garée au milieu de la foule, couché sur le ventre, mais tenant toujours solidement dans ses mains, les deux poignets d’une gigantesque couronne en or qui couvrait et cachait son visage avant qu’il ne tomba et que l’on vit que dans la couronne sous la forme d’une calebasse, il y’avait un nouveau-né dont le sang de la naissance pas encore coagulé,tachait le drapeau national de Pagaal qui l’enveloppait, et sous lequel il cria comme s’il venait de sortir du monde intérieur d'une mère qui ne le nourrissait plus, et dans lequel il étouffait et réclamait un autre monde. Depuis ce vendredi des flammes à Guirore, le juge de Pagaal, mais aussi beaucoup d’autres citoyens et hommes du monde en dehors des tribunaux, cherchent à savoir si Thiakhane Fakher est un criminel ou un sauveur.Tous les témoins occulaires comme ceux qui virent les images de ce jour à distance par les chaînes de télévisions et par d'autres supports de communication du nouveau monde des médias,sont du même avis:la ressemblance entre cette couronne et celle de la république de Pagaal est troublante,scandaleuse disent certains et mystérieuse selon d'autres observateurs.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tag(s) : #De la société et de l'homme au Sénégal dans l'histoire

Partager cet article

Repost 0