Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


La démocratie prend naissance quand personne n’est plus semblable à personne ni dans un système de mesure dans la nature ni dans un système de mesure artificiellement inventé par les hommes et que chaque personnalité défend sa sensibilité, son image de soi et l’image du monde dans lequel il voit son meilleur épanouissement.

 

 

 

 

 


Lorsque dans le groupe social,  ce qui était Un devient multiple dans le monde extérieur ou dans le monde intérieur des consciences, personne n’est plus parfaitement semblable à personne, mais en même temps personne n’est supérieur à personne. Tous les individus du groupe social se valent en tous points de vue et toutes leurs opinions sont respectables en ce sens qu’elles ne peuvent venir que de la voix de l’humain.

 

 

 

 

 


La démocratie ou la division du groupe sociale intervient lorsque par exemple, aucun membre du groupe, aucun système de détermination institutionnel du groupe social, n’est plus en mesure de dire avec certitude, quel est le chemin qui vers l’horizon de la vérité, vers l’horizon de la sagesse, vers le modèle de bonne gouvernance, vers la meilleure loi.

 

 

 

 


 

Quand la démocratie prend naissance et s’installe confortablement dans la cité, les mêmes causes ne produisent plus nécessairement les mêmes effets. Lorsque la démocratie prend naissance il devient compréhensible de voir ce qui attire tout le monde repousser certains qui semblaient ne pas pouvoir s’en écarter et survivre.

 

 

 

 


La démocratie prend naissance lorsque le groupe social après avoir fait un long chemin unique en file indienne, arrive à un point où le chemin se divise en une infinité de chemins tous semblables par leur tracé et par le fait que chacun d’entre eux porte les mêmes traces des pieds de l’Unificateur qui prit congé du groupe quand il dormait :les pieds du Peuple dans le corps duquel vivaient tous les membres du groupe avant les différences qui entrainèrent la destruction de son corps et la libération de ses atomes de vies en querelle et en guerre.

 

 

 

 

 

 

 

Comme le peuple était le seul à voir et à entendre Dieu, les membres du groupe se retrouvèrent aussi non seulement sans peuple mais sans Dieu.

Ils inventèrent alors l’élection, le vote et la Majorité. Car ils étaient tous conscients que personne ne pouvait vivre sans peuple et sans dieu.

Tag(s) : #De la société et de l'homme au Sénégal dans l'histoire

Partager cet article

Repost 0