Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

100 4359

Déçu et peut-être même très déçu depuis la proclamation officieuse et ensuite officielle des résultats du premier tour issu du scrutin du dimanche 26 février 2012 à la veille desquels il faisait part de sa certitude ou peut-être aussi d'un simple souhait ou encore de son rêve de remporter démocratiquement la victoire dès  le premier tour, comme lors de la présidentielle de 2007, Abdoulaye Wade s’est contenté d’une qualification au second tour qui a commencé aujourd’hui dimanche 18 mars 2012 au Sénégal, avec les choix des citoyens militaires et paramilitaires.Dimanche prochain 25 mars, c’est au tour des civils.

100 4358

 Mathématiquement, c’est-à-dire théoriquement, Abdoulaye Wade n’attendrait que la confirmation de sa défaite le 25 mars, bien avant même la voix impartiale du Conseil constitutionnel sacralisant celle du plus grand nombre des électeurs.

100_4363.JPG

 Macky Sall peut-il déjà dire aux forces de « Bennoo Book Yaakaar » : « maintenant rien ne peut plus nous arriver dans ce match de la démocratie ! Enfin, ce que beaucoup croyait impossible vient d’être bien conçu et réalisé avec le minimum de pertes pour les divers camps et pour la république. Maintenant c’est sûr. C’est officiel. Nous avons gagné. La république a gagné. La démocratie a gagné. La liberté a gagné. Dieu soit toujours avec le peuple.» ?

100_4366.JPG

Qu’est-ce que la consigne spirituelle ou le « Ndigeul »de Cheikh Béthio Thioune pourrait apporter à Abdoulaye Wade ? Il ne suffit pas d’être sociologue, psychologue ou politologue ou historien de la politique sénégalaise ou de la politique en général, pour répondre à cette question. Ce que l’on peut dire par contre et qui se voyait clairement le samedi 17 mars 2012 à la Place de l’Obélisque, c’est que Cheikh Béthio Thioune n’est vraiment pas seul.

100_4373.JPG

Difficile de savoir combien ils étaient. En tout, quand le Cheikh faisait savoir :« Nous ne pouvons pas tous nous contenir dans cette place », ce n’était pas du tout simplement des mots. La place de l’Obélisque était pleine comme sans doute rarement elle a été envahie en cette période d’exhibitionnisme politique. Quand le chef a dit aux talibés de marcher sur les allées du Centenaire, c’était une véritable marais humain qui s’écoulait comme de l’eau sur les deux voies en période d’inondation.

100_4376.JPG

 Certains se demandent pourquoi après tout ce qu’Abdoulaye Wade a eu à lui dire et à lui faire en mal et malgré ce que lui-même aurait répondu, le guide, héritier spirituel le plus politique et le plus économique sans doute de Serigne Saliou, est revenu pour « réélire Abdoulaye Wade le 25 mars 2012 » ?

100_4399.JPG

Difficile à savoir. Par contre le Cheikh peut bien s’estimer heureux pour avoir rempli le contrat de la mobilisation dans la bataille de la communication. »

100_4360.JPG

Combien d’hommes et de femmes, seraient-ils si Macky Sall revenait avec « Bennoo Book Yaakaar » sur la "Place des Gelwaars", encore appelée "Place de la nation" et que le Cheikh des thiantacounes a encore baptisée « La Cour de Serigne Saliou »?

100_3492.JPG100_3498.JPG100_3444.JPG

En attendant le Jour des juges de la Démocratie et non ceux de la Démoncratie, tout reste virtuellement possible, sauf deux victoires.Sauf deux victoires réélles et légitimes.

 

 

Tag(s) : #De la société et de l'homme au Sénégal dans l'histoire

Partager cet article

Repost 0