Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

100_2730.JPG

On peut imaginer comme l’a fait Jean-Jacques Rousseau, un moment de l’histoire où la nature ne garantit plus à l’homme ni la survie, ni la sécurité, ni la satisfaction, ni le bonheur ou l’équilibre dans son monde intérieur et dans son monde extérieur. Un moment de l’histoire où la nature,  comme une mère qui sèvre un enfant ou une multitude d’enfants, les abandonne à eux-mêmes, parce qu’elle n’en peut plus ou parce que cette séparation est nécessaire à leur devenir. C’est le moment de la formation du peuple.

 

 

 

 

 

 

 

C’est dans cette émergence historique au milieu de la nature qui arrive à la fin de sa mission qu’il faut retrouver l’essence de tout peuple. Le peuple est la seule puissance, la seule source qui reste à l’homme pour survivre quand la nature ne lui garantit plus ni la survie, ni la satisfaction et n’est plus la seule responsable de la souffrance et de la mort. Le peuple, c’est la puissance qui hérite de Dieu quand il s’est exilé de la terre où il croit l’homme en âge de le rejoindre dans son meilleur état de satiété. Le peuple donc,  partout dans l’espace où il apparaît dans l’histoire quand la nature est devenue vieille et appauvrie, est la dernière source de vie et de richesses pour l’humanité, mais aussi la seule source de souffrance et de mort.

 

 

 

 

 

 

C’est pourquoi toujours et partout, surtout aujourd’hui dans les mondes de la démocratie comme dans les espaces de la dictaure intelligente ou aveugle et violente, le peuple est la denrée et la richesse la plus convoitée. Ce n’est pas seulement la démocratie et l’homme politique qui sont obsédés par la grandeur et la puissance des peuples qu’ils se disputent. Les agents économiques et ceux du capitalisme en première ligne d’attaque, sont aussi en guerre pour s’allier la grandeur et la puissance de production et de consommation des peuples à défaut de les contrôler comme ils contrôlent leurs diverses matières. Le peuple, c’est lui aussi que cherche l’homme solitaire qui croit que malgré sa singularité, il est destiné à rencontrer un jour son peuple, son vrai peuple, celui qui tire sa vie de lui et duquel il tire sa vie véritable et son bonheur.

Tag(s) : #POLITIQUE

Partager cet article

Repost 0